Anne-Laure ANIZAN Lycée Balzac CPGE Lettres 2e année 27/06/2016

Histoire, BEL, concours 2017 Présentation des questions

 

Tronc commun
« L’Afrique, la France et les Français (1871-1962) »

 

Analyse des termes du sujet

Le sujet entend une mise en relation permanente des termes.

L’Afrique

= un continent
Tout le continent est-il au programme ? Non en toute logique avec l’intitulé de la question et la lettre de cadrage : la partie de l’Afrique colonisée par la France
Autrement dit :
- En Afrique du nord, l’Algérie, la Tunisie et le Maroc
- Une vaste partie de l’Afrique sub-saharienne, au sud du Sahara, Afrique en partie tropicale et située à l’Ouest du continent, prenant le nom d’Afrique occidentale française (AOF)
- Des territoires de l’Afrique équatoriale regroupés sous le nom d’Afrique Équatoriale française (AEF)
- Au large de l’Afrique, Madagascar et la Réunion également colonies françaises

Empire colonial français en Afrique = la partie la plus étendue de l’Empire colonial français qui est alors le 2e au monde après l’Empire colonial britannique. Si la question porte précisément sur l’Empire colonial français en Afrique, nécessité d’avoir bien sûr à l’esprit ce qu’est le reste de l’Empire colonial français pour être capable de mettre en perspective (Cochinchine, Annam, Tonkin, Laos, Cambodge, notamment). De même, là aussi pour mise en perspective de la question, avoir quelques connaissances sur les grandes caractériques de l’Empire colonial britannique.

La France

= sous-entendu l’État français
signifie qu’il faut étudier la politique coloniale menée officiellement par l’État français, par le gouvernement de la Troisième, la Quatrième et la Cinquième Républiques.
D’ailleurs, la première des bornes chronologiques a surtout du sens par rapport à l’histoire politique de la France, pas par rapport à l’histoire coloniale (ou alors seulement pour l’Algérie) : 1871
terminus a quo de la question, fin de la guerre franco-prussienne et début de la Troisième République. Manière de dire : l’histoire faite ici est une histoire de la France coloniale républicaine. Position de Napoléon III ne fait pas partie du sujet.
1962
terminus ad quem en lien avec la décision de l’État français de signer les Accords d’Évian mettant fin à la guerre en Algérie et permettant l’indépendance.
Histoire profondément politique, tributaire, dans des régimes parlementaires, et même parlementaristes, des débats des chambres, Chambre des députés et Sénat, puis Assemblée nationale et Conseil de la République. Sous la Cinquième République passage à un régime semi-présidentiel où l’exécutif est dominant, sans bien sûr que l’Assemblée nationale et le Sénat n’aient de poids. À prendre en compte donc pour l’étude de la question, la faiblesse de l’exécutif jusqu’en 1958, puis sa force jusqu’en 1962.
Cette politique coloniale française est décidée par les parlementaires et les gouvernants. Mais leurs décisions sont influencées par l’action de lobbies, notamment du lobby colonial = le « parti
colonial », très important dans toutes les phases de la question. Il faudra donc aussi envisager l’action de ceux qui ont influencé la politique menée par l’État français en Afrique.
Par ailleurs, le sujet s’inscrit dans le cadre des relations qu’entretient la France avec d’autres États au sujet de la question des territoires à coloniser ou colonisés. Il peut s’agir d’États déjà constitués en Afrique ou avec d’États européens. Il y a donc aussi une dimension relations internationales, présente tout au long du programme, autant dans la phase de conquête, que dans celle d’administration des territoires colonisés, ou encore dans la phase de décolonisation.

Les ruptures de la paix et les temps de guerre seront aussi étudiés. Rôle de l’Afrique très important dans les périodes de guerre. L’État français a prévu, et mis en œuvre, la mobilisation des colonies et cette mobilisation s’est avérée fondamentale pour l’effort de guerre pendant la Première Guerre mondiale, puis dans l’émergence d’une France libre pendant la Seconde Guerre mondiale et dans la libération de la France à partir de 1944.

Enfin, une partie du sujet porte sur l’attitude de l’État face aux contestations coloniales, solutions proposées, imposées pour faire évoluer le statut colonial, parfois une évolution vers l’autonomie comme préalable à l’indépendance, dans le cas de l’Algérie refus de l’évolution qui conduit à la guerre coloniale appelée à l’époque par l’État français « opération de maintien de l’ordre ».

Les Français

Ceux qui sont citoyens français
Le sujet => nécessité de réfléchir aux Français qui ont physiquement et par leur activité professionnelle permis la colonisation, conquête puis quotidien de la colonisation. Intérêt pour les 5M qui sont à la base de la colonisation
- le militaire = conquête et maintien de l’ordre,
- le mécanicien, autrement dit l’ingénieur, chargé de faire les plans des routes, des ports, des voies ferrées, de diriger les grands chantiers
- le marchand,
- le médecin,
- le missionnaire = le chrétien, prêtre catholique ou pasteur protestant ayant mené des missions en Afrique, d’évangélisation, puis pour soigner les populations et les instruire.
Parmi ceux-là, certains, des familles entières parfois, s’installent définitivement dans les colonies. Étude bien entendu du monde des colons, tout particulièrement dans le cas de la seule colonie de peuplement française, l’Algérie.
Plus généralement, les Français renvoient à ceux qui restent en France et qui n’ont pas de liens directs avec les colonies. Intérêt pour le rapport de l’opinion publique à la colonisation de l’Afrique. Toutes les gammes évidemment de ressentis, hostilité, indifférence, adhésion, militantisme en faveur ou contre la colonisation. L’évolution de l’opinion n’est pas spontanée le lobby colonial joue un rôle majeur, les médias, la presse puis aussi le cinéma, les partis politiques, les associations types syndicats ou Ligue des droits de l’homme.
Apogée de la domination coloniale française, l’exposition coloniale de 1931 permet de voir quelle image de la colonisation l’État entend diffuser, comment les défenseurs de la colonisation interviennent, comment la population française réagit à la colonisation, la distance aussi entre le mythe et la réalité.

Quid du ressenti des Africains ? Comme le sujet et la lettre de cadrage insistent bien sur la France et les Français, on évoquera le ressenti des Africains indirectement en tant que réaction à la politique menée par la France, mais ce ne sera pas un sujet à proprement parler du cours.

Problématiques auxquelles on répondra tout au long du cours :

Quelles ont été les causes de la colonisation de l’Afrique par la France ?
Comment la France a-t-elle conquis puis administré une partie de l’Afrique ?
Comment l’opinion publique française a-t-elle réagi face à la colonisation de l’Afrique ? Comme les Africains ont-ils réagi face à la colonisation de l’Afrique par la France ?
Quel a été le coût, humain, financier, plus largement économique, de la colonisation pour la France et pour l’Afrique ?
Comment la colonisation de l’Afrique a-t-elle contribué à faire de la France une grande puissance de la fin du XIX
e siècle aux années 1960 ?
Dans quelle mesure la colonisation de l’Afrique a-t-elle nui à l’image de la France dans le monde ?
En quoi la colonisation de l’Afrique a-t-elle été un élément décisif pour la victoire de la France lors des deux guerres mondiales ?
Quelles ont été les voix et les voies françaises et africaines de la contestation du colonialisme français en Afrique ?
Comme l’État français et l’opinion publique française ont-ils réagi face aux contestations coloniales ?
Pourquoi la réponse à la contestation coloniale n’a-t-elle pas été identique pour chaque territoire colonisé par la France ?
En quoi les relations entre la France et l’Afrique sont-elles demeurées profondément marquées par les décennies voire, pour l’Algérie, par 130 ans, de colonisation ?
En quoi la société française et les sociétés africaines sont-elles demeurées profondément marquées par les décennies voire, pour l’Algérie, par 130 ans de colonisation ?

Spécialité

Question « La Guerre de Cent ans (1328-1453) »

Traité au premier semestre.
Sujet portant sur deux pays, la France et l’Angleterre et à la fin du Moyen-Âge, pendant donc le bas Moyen-Âge

Analyse des termes du sujet
La Guerre

Étude des aspects militaires de la guerre, essentiel.
Connaître les phases du conflit, les batailles, les sièges importants, les principales trêves, les grandes figures militaires.
Connaître les mutations de l’armement et des formes de la guerre (batailles, sièges, chevauchées),
aussi les problèmes de recrutement et d’encadrement des combattants et la progressive professionnalisation du métier des armes.

De Cent ans

Mais pas seulement les aspects purement militaires, d’où notamment les bornes chronologiques plus larges
La guerre débute en 1337, mais le programme commence en 1328, pourquoi ? Lettre de cadrage précise nécessité de connaître les conditions d’accès au trône de Philippe de Valois et donc d’étudier aussi les origines de la guerre qui expliquent sa durée tout à fait inhabituelle.

Par ailleurs, la lettre de cadrage insiste sur les conséquences majeures de la guerre parce qu’elle a duré si longtemps, conséquences démographiques (mortalité, déplacements de populations), perturbations dans le monde rural et urbain, réaction et adaptation de ces mondes.
Compte tenu de la durée de la Guerre de Cent ans, le problème de son financement s’avère très important (paiement des soldes, développement d’une fiscalité royale).

Conséquence aussi de l’enlisement dans la guerre => développement de l’État
Nouvelles formes de solidarité dans le contexte de la guerre (ordres de chevalerie, renforcement d’une conscience nationale).

Donc un événement guerrier à mettre en perspective historique pour montrer son rôle et sa place dans l’évolution des deux pays et de leurs relations.

Question
« Rome et Carthage,
du premier traité romano-punique
à la fondation de la
Colonia Iulia Concordia Karthago (Ve-Ier siècle avant J.-C.) »

Analyse des termes du sujet
Rome et Carthage

Étude des deux États, de deux cités-États dirigeant chacune un Empire colonial, mais étude des liens entre elles, pas question de faire une étude de Rome indépendamment de ses liens avec Carthage et vice-versa

du premier traité romano-punique à la fondation de la Colonia Iulia Concordia Karthago (Ve-Ier siècle avant J.-C.)
Bien sûr, les guerres puniques (puniques synonymes de carthaginois), 3 guerres puniques opposant Rome et Carthage, rivales à propos de la Sicile que Carthage initialement dominait en partie. Guerres s’étalant sur près d’un siècle en 3 épisodes, première guerre punique 264-241 avant J.-C., deuxième guerre punique 218-201 avant J.-C. (Hannibal), troisième guerre punique 149-146 avant J.-C. 146 = siège de Carthage, chute et destruction de Carthage.

mais = une petite partie du sujet seulement
Bornes chronologiques du sujet beaucoup plus vastes que cette période de cent ans parce que traitement des relations entre les deux cités-États n’est pas envisagé que selon l’angle de l’histoire militaire.
Au centre de la question, leurs relations avant les guerres puniques et après les guerres puniques, quand Carthage n’existe plus en tant qu’État et que sur la ville punique rasée construction d’une cité romaine
Colonia Iulia Concordia Karthago capitale de la nouvelle province d’Afrique. Quels types de relations ? Économiques = essentiel. Culturelles aussi. Question de l’hybridation culturelle ou du simple transfert culturel au cœur du sujet, notamment dans la construction de la nouvelle ville de Carthage qui permet d’implanter dans le nord de l’Afrique une cité typiquement romaine.

 

 

Contact

prepalitterairebalzac.com

01 53 11 12 13 poste 208

Photo utilisé dʼaprès Creative Commons Rookuzz  © 2015 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode