LANGUES ET CULTURE DE L’ANTIQUITE


   Vous êtes obligés de suivre cet enseignement en Hypokhâgne. Oui, obligés ! Honteux ? Scandaleux ? Horrible ? Que nenni ! C’est une chance !
  Et pourquoi donc ?
  Tout d’abord, cette connaissance de l’Antiquité, qui va peu à peu être la vôtre, va nourrir votre culture, la rendre « large et exigeante, à la fois contemporaine et consciente de ses racines » (Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, « Objectifs de formation »). Apprendre une langue ancienne, c’est s’ouvrir à l’autre, dans sa radicale altérité et sa riche complémentarité.  
  Ensuite, vous acquerrez des bases qui vous serviront toute votre vie, un « ensemble de savoirs, de méthodes et de compétences, indispensable à la poursuite des études envisagées ». Analyser et traduire un texte, donc mieux maîtriser la langue française, construire un plan de commentaire, synthétiser l’essentiel, prendre des notes, disserter et échanger à l’oral comme à l’écrit, faire des recherches, tels sont les exercices de gymnastique intellectuelle que vous propose le cours de langues et cultures de l’Antiquité.
Enfin, dans votre parcours d’étudiant, la connaissance du latin ou du grec vous sera nécessaire ou très utile, que vous choisissiez une spécialité de lettres modernes, de philosophie, de langue romane comme l’espagnol ou l’italien, ou bien d’histoire, sans parler du cursus de lettres classiques (spécialisation dans les deux langues). Savez-vous, par exemple, que, comme l’a montré Andrea Marcolongo,  le grec est La langue géniale ? Que, pour l’inscription en faculté de droit à Paris I, avoir étudié le latin vous donne un bonus ? Qu’en médecine, l'orthographe de la lettre de motivation fait partie des critères qui permettent d’avoir la note maximale ? Vous pouvez donc logiquement choisir le latin ou le grec à l’oral de langue de l’ENS de Lettres et Sciences Humaines de Lyon ainsi qu’à l’épreuve de deuxième langue des écoles de commerce (écrite et orale).

    Les  modalités de cet enseignement en classe de Lettres Supérieures sont précisées dans les consignes d’été pour la rentrée, avec la présentation du thème national de l’année : « Les dieux et les hommes ».

                                                   Madame C. KOSSAIFI


 

A la rencontre des divinités de l’antique Lutèce
Les hypokhâgneux en quête des dieux antiques



Parcours de visite.
 Voici les lieux que nous avons découverts :

1. L’église de la Madeleine
Exposés : le temple grec (architecture et fonction) – l’église de la Madeleine et son architecture « païenne » : quelle signification ?

2. Le Panthéon
Exposé : le monument et son histoire / le pendule / l’inscription de la mosaïque du cul-de-four de l'abside  

3. Le bd Saint-Jacques
Exposé : le cardo et le decumanus, le plan d’une ville gallo-romaine / le forum  

4. Le square Painlevé et le pilier des nautes
Exposés : * dieux gaulois et dieux romains, un syncrétisme réussi
                    Lieu de l’exposé : square Painlevé, devant la Louve
     * Lecture et traduction de l’inscription sur le socle de la Louve (latinistes confirmés, texte préalablement donné)
Puis, direction rue Hautefeuille, entrée du parking place Saint-André-des-Arts (à gauche de la barrière où figure un moulage du pilier des nautes)
Exposé : les thermes antiques : fonctionnement et utilité. Les thermes de Caracalla
→ Lecture et traduction de l’inscription (latinistes confirmés)

5. L’empereur Julien (à propos du reste des remparts du IVe siècle)
Exposés : paganisme et christianisme – Julien l’Apostat et Lutèce

6. La cathédrale Notre Dame (si temps, visite)
Exposés : * La cathédrale Notre Dame : son symbolisme religieux (et politique).
         * L’inscription du portail sud  

 

Mme KOSSAIFI, Mme VEGA-RITTER, Mme REBERT  - Lycée Honoré de Balzac

 

Contact

prepalitterairebalzac.com

01 53 11 12 13 poste 208

Photo utilisé dʼaprès Creative Commons Rookuzz  © 2015 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode