Lou Solarz (2017 - 2018) - Droit à Assas

24/06/2019 15:34

Quand je me suis inscrite en classe préparatoire littéraire grâce à APB/Parcoursup, je me disais que l'hypokhâgne n'était peut-être pas faite pour moi: j'avais un baccalauréat ES, je n'avais jamais vraiment brillé par mes analyses littéraires, je n'avais pas fait de latin ou de grec depuis plusieurs années mais surtout je ne parlais presque pas allemand ou anglais… C'était plutôt le droit qui m'attirait, et j'ai d'ailleurs choisi d'aller en faculté de droit après l'hypokhâgne.
Je ne regrette pourtant pas du tout d'avoir fait cette année à Balzac, car je pense que grâce à l'hypokhâgne, j'ai eu le temps de m'adapter à la différence de niveau attendu entre le lycée et  le supérieur
A l'université, le niveau est plus élevé que l'on ne le pense parfois, surtout dans ma fac, Assas, notamment en rédaction, et les étudiants (à moins de payer une prépa privée en plus) n'ont pas l'occasion de beaucoup rédiger ou de s'exercer ; alors qu'en Hk, chaque semaine on devait rédiger dans une matière ou une autre, ce qui aujourd'hui est un réel avantage pour moi.
Concernant les programmes, j'ai été vraiment surprise de voir que beaucoup de choses apprises en HK m'ont servi en droit, notamment l'histoire, le latin et la culture antique, et m'ont rendu des cours plus accessibles. J'ai acquis une solide culture générale, indispensable à l'université, de bonnes bases en anglais et en allemand, ce qui n'était pas gagné d'avance.
Avec le recul, je pense que  ce qui est vraiment utile prépa littéraire pour la poursuite des études, c'est la maîtrise de la langue, à l'écrit et à l'oral, la pluralité des disciplines qui offre un large choix de réorientation et évidemment l'apprentissage de méthodes de travail.
 

Précédent

Contact

Lycée Honoré de Balzac
Secrétariat des Classes Préparatoires
117 bd Bessières
75017 PARIS

01 53 11 12 13 poste 208

Photo utilisé dʼaprès Creative Commons Rookuzz  © 2020 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode